Réaménagement du Carrefour du Tremble

En 1986, la RN 184 fut construite coupant en deux parties isolées l’une de l’autre la forêt de l’Isle Adam (900 Ha à l’ouest, 700 Ha à l’est) rompant ainsi la continuité écologique. 30 ans après, le prolongement de la A16 inclut un passage à faune sur la A16 au niveau du bois carreau et l’aménagement du carrefour du Tremble au-dessus de la RN184 rétablissant ainsi le corridor biologique depuis les massifs forestiers picards jusqu’à la forêt de Montmorency passant par la forêt de Carnelle et celle de l’Isle-Adam.

 

Des réunions de concertation ont eu lieu rassemblant les responsables du projet (DRIEA-IF Direction des routes Ile de France), les représentants des activités de loisirs et sportives (randonnée, cyclisme, équitation, chasse), les associations de protection de la nature et l’ONF (passage de grumes) afin de lister les contraintes de chacun et trouver le meilleur compromis possible. Le projet final tiens compte de ces différents paramètres. Communiquer de presse de l’ONF.

Le passage à faune (17m de largeur, 55m de long) est aménagé de façon à permettre le passage de la faune sur la plus grande largeur possible. Une bande de 4m de large recouverte d’un revêtement résistant permet aux grumiers, cyclistes et randonneurs de l’emprunter. L’autre partie est végétalisée et inclut une piste en sable pour les chevaux.

Une occultation visuelle (parapet) isole le passage de la RN184. Un aménagement paysagé rend l’entrée du passage aussi attractif que possible à la faune. Prairie, buissons, andain (branchages et rémanents) proposent des habitats à la petite faune (hérissons, batraciens, lézards, mustélidés, etc.). Les pièges photographiques ont montré la fonctionnalité de cet ouvrage avec des photos de chevreuils et de sangliers.

Ce projet entre dans le cadre du SRCE (Schéma Régional de Cohérence Ecologique) entré en vigueur en 1990, même si nous pouvons regretter les années perdues, réjouissons-nous de voir enfin les biocorridors inclus de façon systématique dans les nouveaux projets routiers.

Sur ces ouvrages l’épaisseur du substrat est limitée, la végétation ne peut donc pas aller chercher l’eau en profondeur. En période de sécheresse les végétaux souffrent, il n’est pas certain qu’ils résistent à plusieurs années de stress hydrique.

  • Entrée coté Nerville la forêt

    Entrée coté Nerville la forêt

  • Passage côté activités humaines

    Passage côté activités humaines

  • Passage côté faune

    Passage côté faune

  • Entrée côté l'Isle-Adam

    Entrée côté l'Isle-Adam

 

Imprimer