Les mammifères

Le hérisson

Le hérisson, un hôte bien sympathique …. et très menacé…

Hérisson d'Europe (Erinaceus europaeus), Crédit Photo Jean-Marie Ternisien

Ses nombreux piquants et sa capacité à se mettre en boule rapidement, ont permis à ce petit mammifère de traverser le temps : l'ancêtre de "notre" hérisson actuel aurait connu les mammouths il y a 25 millions d'années....

De nos jours, comme de nombreux animaux sauvages, sa survie est hélas gravement menacée. Son espérance de vie est réduite à 2 ou 3 ans.

En cause : les accidents de la route et les pesticides.

Ci-dessous une pauvre victime trouvée dans une rue de l'Isle-Adam, pourtant limitée à 30km/h et pendant le confinement....

Hérisson d'Europe (Erinaceus europaeus), L'Isle-Adam, Crédit Photo Jean-Marie Ternisien

Pourtant il y a encore 50 ans, on trouvait de nombreux hérissons en lisière de bois, dans les haies, dans les champs.

Avec la disparition des bocages et des haies, ils se réfugient plus près des habitations, dans les jardins, les parcs et même les cimetières.

Dans les terrains vagues en friches dans les villes, ils sont nombreux à se réfugier, sans même que nous les apercevions.

Animal nocturne et solitaire, il sort dès la tombée de la nuit pour se nourrir. En journée il reste bien caché, sauf éventuellement pour se désaltérer par trop fortes chaleurs….

La nuit, Monsieur peut parcourir jusqu’à 3 km pour chercher à manger ou une partenaire, à la vitesse de presque 3 km/heure. Pas mal pour un petite boule d’1 kg….

Madame parcourt moins de distance surtout quand elle a des petits à nourrir.

Et ne vous y fiez pas : le hérisson est très habile à creuser, grimper, voire même nager dans une mare !

Si vous croisez un hérisson immobile en pleine journée, ce n’est souvent pas normal : il est possible qu’il soit blessé ou parasité. Dans ce cas, vous pouvez contacter un refuge et demander comment lui procurer les premiers soins (le hérisson peut tout aussi bien être gravement blessé ou simplement être porteur d’une tique).

La vue du hérisson n’est pas très développée. Pour se déplacer de nuit, pas besoin. Par contre son ouïe et son odorat sont incroyables : il peut entendre et sentir un ver de terre à plusieurs centimètres de profondeur. D’ailleurs si vous l’apercevez de nuit : il est toujours en train de renifler la terre à la recherche d’insectes ou en train d’humer l’air (de façon pas toujours très discrète 😉).

 Il se nourrit essentiellement d’insectes (sa préférence), de vers de terre, d’escargots, et à l’occasion il peut se nourrir de fruits voire de cadavre de rongeurs.

Avec la disparition des insectes, il doit hélas se rabattre sur davantage d’escargots ou de vers. Ce qui malheureusement est néfaste à sa dentition et sa mâchoire qui devient moins puissante. Les limaces et les escargots sont aussi porteurs de parasites (capillaires) qui affaiblissent et finissent par tuer le hérisson.

Les fameux piquants du hérisson recouvrent pratiquement tout son corps : du front jusqu’à la base de la queue. Chez  l’adulte, ils sont au nombre de 6000 et sont remplacés irrégulièrement au cours de sa vie (environ 18 mois). Il peut se mettre en boule en quelques secondes, et garder la position sans se fatiguer. Seule une partie de son ventre est nue mais il faut le retourner pour la voir.

Ce moyen de défense très utile face à ses prédateurs naturels mais hélas inefficace face aux voitures et aux pesticides.

En automne, il commence à manger davantage et à diversifier son menu : il doit faire des réserves en prenant un maximum de poids, pour dormir à poings fermés durant l’hiver.

Car en hiver, le hérisson hiberne bien caché, jusqu’au printemps.

Les mâles commencent à hiberner en novembre et les femelles en décembre.

Pour préparer son nid pour l’hiver, le hérisson va amasser des feuilles mortes et les compacter. Il va ensuite creuser un tunnel et s’y réfugier.

Durant l’hibernation il peut perdre jusqu’à 30% de son poids. Il peut arriver que le hérisson se réveille périodiquement, réveil pourtant très coûteux en énergie, mais c’est indispensable pour éliminer les déchets accumulés dans son corps durant l’hypothermie (en urinant). Parfois, par de belles nuits « chaudes » il lui arrive de sortir pour manger un morceau.

Au printemps, la faim et les hormones (pour les mâles) le réveillent. La période de reproduction commence et peut durer jusqu’en septembre. Les parades nuptiales qui peuvent durer plusieurs nuits sont bruyantes, Madame rejetant souvent Monsieur avant d’accepter ses avances. C’est Madame qui fabriquera le nid et s’occupera des petits.

La femelle peut avoir en moyenne 4 petits qui seront sevrés au bout de 30 jours. Le nid préparé par la femelle est fait de feuilles, de mousse, d’herbes. Au bout de 3 semaines d’allaitement très fatigant  pour la femelle, les petits sortent avec leur mère dans la recherche de nourriture. Au bout de 2 mois, chassés par leur mère, les jeunes s’éloignent pour chercher leur propre territoire.

Les portées tardives dans la saison ne survivront hélas pas au froid de l’hiver car les petits n’auront pas eu le temps de s’ « engraisser. »

A noter, qu’il existe des associations qui peuvent prendre soin d’eux et même des petits.

Le hérisson est aujourd’hui une espèce protégée dans la loi. Mais malgré cela, les voitures, les pesticides, la disparition du bocage les font disparaitre à grande vitesse.

Les écrasements avec les voitures sont responsables de 26% de la mortalité des hérissons, 24% sont dus aux produits chimiques utilisés dans nos jardins, 18% dus au parasitisme, 13% à la faim, 10% périssent noyés (piscine), tués par les débroussailleuses, brûlés par les feux de jardinier. Et seulement 9% sont victimes de prédateurs naturels (renard, putois, blaireaux, hibou grand-duc…).

Cela fait un énorme pourcentage dû aux activités humaines….

Comment le repérer ? Ses crottes sont déposées au hasard (par exemple sur les pelouses). Elles sont cylindriques, de taille variable (en général jusqu’à 10 mm de diamètre et 4 cm de long), noir brillant. Elles contiennent souvent des élytres et autres débris d’insectes. Mais les restes d’insectes ne sont pas toujours visibles : si le hérisson doit se contenter d’escargots et de vers.

Que faire pour l'aider ?

Il n’est jamais trop tard pour bien faire !

En voiture : de nuit, roulez au pas, si vous en voyez un sur la route, mettez-le à l’abri (sans vous mettre en danger 😊).

Il se laissera prendre. Pas d'inquiètude, il est parfaitement inoffensif. Même ses puces ne vont pas rester ni sur vous, ni sur votre chien, elles préfèrent le hérisson.

Si vous voyez un chantier en friche qui va être construit (hélas en ce moment c'est très fréquent) , et que vous pensez qu’il pourrait y avoir des hérissons (voir d’autres mammifères), n’hésitez pas à alerter le maitre d’œuvre et les associations locales. C’est même parfois possible, d’aller sur place (avant les travaux) pour récupérer les hérissons et les mettre en sécurité.

Et n’oublions pas que la destruction d’animaux protégés est punie par la loi, encore plus durant la période de reproduction.

 

Hérisson d'Europe (Erinaceus europaeus), Crédit Photo Jean-Marie Ternisien

Dans votre jardin (même petit) :

Laissez des tas de bois, de branches, de feuilles mortes, un compost.

Aménagez une haie champêtre comme au bon vieux temps (aubépine, prunelier, sureau, troène)

Bannissez tout produits : pas d’insecticides, ni de tue-limaces. Evitez les filets de protection au potager : les hérissons peuvent s’y prendre et rester coincés..

Avant tout gros chantier dans votre jardin assurez-vous qu’aucun hérisson (en boule et endormi) ne soit caché dans les tas de bois, de feuilles mortes.

De nombreux hérissons brûlés ou blessés par des fourches ou des débroussailleuses arrivent dans les refuges.

Laissez une ouverture de 10 cm autour de votre jardin pour qu’il puisse facilement  passer de jardins en jardins.

En septembre, vous pouvez lui apporter un complément de nourriture  pour qu’il soit bien prêt à affronter l’hiver : une petite gamelle plate avec des croquettes pour chat sans blé (poulet) et une petite gamelle d’eau. Placez-les dans un endroit à l’abri de la pluie et surtout des chats.

Le ou les hérissons vont facilement trouver cette nourriture bienvenue. Cet apport supplémentaire pourra leur sauver la vie.

Vous pouvez aussi trouver des abris tout prêts, spécialement conçus pour eux (par exemple sur la boutique en ligne de la LPO), ou encore en construire sur mesure.

Et la cohabitation avec les chats et les chiens ? En général le hérisson adulte n’a rien à craindre mais il peut arriver que nos amis domestiques dérangent un nid et mettent en péril la portée (surtout les chiens).

Que faire si je trouve un hérisson en pleine journée ?

Nous rappelons qu’il est interdit par la loi de détenir un animal sauvage, mais bien sûr, vous pouvez tout à fait le mettre à l’abri sous un tas de branches ou le déposer dans un refuge s’il vous parait blessé.

N’hésitez pas à consulter le site du Sanctuaire des Hérissons :

http://lesanctuairedesherissons.eu/herisson/lesanctuairedesherissons.html

 

Autres sources :

https://www.aspas-nature.org/aspas/brochures-edition-aspas/connaitre-et-aider-les-herissons/

 

 

Imprimer